Nicolas Sarkozy promet des évolutions dans le système de la sécurité sociale

Jeudi 20 septembre 2007

 

Le projet de loi de financement de la Sécurité sociale, présenté lundi par Nicolas Sarkozy, devrait produire  un effet de responsabilité individuelle, car le Président de la république souhaite  développer cette piste au niveau de la conception du financement de la sécurité sociale.


"Il n'est pas question d'aller vers un système de soins à deux vitesses", a toutefois assuré le chef de l'Etat, promettant d'"élargir" l'accès à l'Aide à la complémentaire santé, dont ne bénéficient qu'environ 200.000 assurés alors que deux millions d’assurés étaient attendus lors de sa création en 2005.

Les nouvelles franchises médicales de 50 euros, qui instaurent une participation des assurés sur certains actes paramédicaux et prescriptions, feront bien  partie du projet de financement de la sécurité sociale.

M. Sarkozy a confirmé que les nouvelles franchises médicales étaient destinées à financer les dépenses liées à la lutte contre la maladie d'Alzheimer et le cancer.

Les personnes atteintes d’une affection de longue durée devraient également être mis à contribution lors de leur prise en charge de la maladie. Sous quelle forme ? Nul ne le sait pour l’instant. Aujourd’hui, près de  huit millions de personnes atteintes d'une affection longue durée (cancer, diabète etc.), sont remboursées à 100% pour leur pathologie.

Nicolas Sarkozy a souhaité marqué les esprits par cette volonté de "responsabilisation". Les hôpitaux,  seront intégralement financés en fonction de leur activité à compter de l'année prochaine et ne bénéficieront plus d'une enveloppe globale, ainsi que les médecins, dont la répartition et les prescriptions sont dans le collimateur du chef de l'Etat.

Au delà de ces premières mesures, débattues à l'automne au Parlement et qui "ne suffiront peut-être pas", a reconnu M. Sarkozy, un "grand débat sur le financement de la santé" va s'ouvrir pour amorcer d'autres "mesures fortes et structurantes".

"Qu'est-ce qui doit être financé par la solidarité nationale, qu'est-ce qui doit relever de la responsabilité individuelle à travers une couverture complémentaire ? Ce débat, qui a déjà eu lieu chez tous nos voisins, je demande au gouvernement de l'organiser", a indiqué le chef de l'Etat, précisant que des conclusions et propositions seraient entérinées au premier semestre 2008.



Publié le : 20/09/2007

comparateur mutuelle novia-sante
Mutuelle assurance Novia

Droits de reproduction et de diffusion réservés © novia-sante.fr

assurance mutuelle santé