Le métier de l´ophtalmologiste

L’ophtalmologiste est le "médecin spécialiste" de la vue. En tant que spécialiste, il doit passer quelques années d’étude en sus du cursus d’apprentissage de la médecine. Sa thérapie commence par une simple consultation et peut se terminer par une chirurgie. Actuellement, les appareils pour la détection de la myopie, l’astigmatisme, l’hypermétropie ou autres maladies concernant les yeux deviennent de plus en plus sophistiqués. Pour dire que l’ophtalmologie est un domaine en pleine évolution, ce que le professionnalisme du médecin augmente les chances de guérison de ses patients.

 

 

Comment devenir ophtalmologiste ?

Pour franchir le cap du Paces au DCEM4 en passant par le PCEM2, l’étudiant futur spécialiste passe les six années pour la formation de base. Viennent ensuite les épreuves classantes nationales ou ECN, et le classement après ces examens déterminent la possibilité de choisir une voie spécialisée comme l’ophtalmologie. Entrée dans celle-ci, trois étapes restent encore à franchir pour le candidat. Après avoir débuté les études de quatre à cinq ans, les stages dans les hôpitaux et services de garde s’enchaînent pour décrocher un Diplôme d’Etudes Spécialisées ou DES attestant une très haute compétence en la matière. Et pour terminer, le diplôme d’Etat de docteur en médecine sera remis après que l’apprenti ophtalmologiste ait présenté une soutenance de thèse face à un jury.

Durant sa carrière, un praticien ophtalmologiste tenant un cabinet privé peut également travailler dans un hôpital. Par contre, en travaillant uniquement à l’hôpital, la promotion dans une direction d’un service particulier lui est offerte. De même pour un poste d’enseignant dans un centre hospitalier universitaire ou CHU.

 

 

Les domaines d’actions de l’ophtalmologiste

L’ophtalmologiste détecte et soigne les troubles de la vision, les affections des yeux et des voies lacrymales. Les problèmes de la vue les plus fréquents sont les suivants :

1 - La presbytie : une mauvaise accommodation du cristallin empêchant à une personne de voir de près.

2 -  La myopie : la convergence excessive du cristallin provoque une vision floue des choses éloignées chez la personne.

3 - L’astigmatisme : les milieux réfringents de l’œil sont courbés inégalement et l’individu voit mal.

4 - Strabisme : un problème au niveau du parallélisme des axes optiques provoquant la déviation de l’œil.

5 - Le glaucome : l’acuité visuelle s’avère baisser progressivement et l’individu risque la cécité à défaut de soin adéquat

6 -  La cataracte : lorsque le cristallin devient opaque.

 

Hormis ces pathologies fréquentes, la kératite, l’orgelet, la dégénérescence maculaire et les décollements de la rétine sont aussi cernés par l’ophtalmologie. Dès lors, les divers symptômes apparaissent et devraient alerter la personne concernée. Une consultation s’impose.

 

 

Les étapes d’une consultation en ophtalmologie

La connaissance de soi-même est nécessaire pour faire face aux questions préliminaires de l’ophtalmologiste. Savoir si on a hérité d’une maladie quelconque en rapport avec l’ophtalmologie. Se munir de ses dossiers médicaux, en occurrence les traitements en cours et les lunettes ou lentilles déjà portées. Puis connaître ainsi que remarquer les symptômes et leurs manifestations tels les yeux rouges, les maux de tête ou le trouble de la vue.

Le médecin spécialiste commence alors son diagnostic. Pour ce faire, il part d’une base où les yeux affectés ont besoin de lunettes. L’utilisation d’un premier appareil qu’on appelle le réfractomètre placé sous les yeux lui permet de définir leur réfraction. Ensuite, il essayera quelques verres en demandant au patient de lire des lettres, petites et grandes confondues, sur un tableau éloigné afin de mesurer la capacité de reconnaissance de la rétine. A ce stade de la consultation, l’ophtalmologiste est capable de lui prescrire des lunettes de vue ou des lentilles. Il va s’en dire qu’il travaille en collaboration avec les opticiens sur ce point.

Un autre examen appelé fond d’œil consiste à voir le nerf optique et les vaisseaux rétiniens que la pupille soit dilatée ou pas à l’aide de gouttes spécifiées. A contrario, la mesure de la tension oculaire exige des gouttes pour anesthésier la cornée qui doit supporter le tonomètre à air pulsé ou l’aplanomètre en forme de cône.

A remarquer que selon le degré de l’anomalie, il se peut que le patient n’ait pas à porter des lunettes correctrices et des lentilles, mais seuls des médicaments ophtalmologiques en forme de collyre ou de pommades suffisent. Généralement, la cataracte se présente chez les personnes âgées et fait l’objet d’une intervention chirurgicale par l’ophtalmologiste lui-même. Mais il existe aussi des cas rares qui ne se traitent que par chirurgie.

 

 

 

 

Autour du même sujet :

Bilan orthoptique

Astigmate

Pmss optique



comparateur mutuelle novia-sante
Mutuelle assurance Novia

Droits de reproduction et de diffusion réservés © novia-sante.fr

assurance mutuelle santé