L’opération de la cataracte - une chirurgie peu risquée

La cataracte est une affection de l’œil caractérisée par l’opacité totale ou partielle du cristallin. Cette opacification empêche la lumière de passer, la lentille n’étant plus transparente, et entraîne une vision brouillée parce que le cerveau ne reçoit plus correctement les informations venant des yeux. Quand la vision devient de plus en plus floue, l’opération cataracte doit être envisagée ou peut se décider par le malade aidé de son ophtalmologue. Il faut également envisager de faire le point sur une mutuelle optique spécifique afin que le cout de l´opération chirurgicale ne soit pas trop lourde pour chaque assuré.

Cette maladie est favorisée par de nombreux facteurs. Le premier reconnu est celui du vieillissement.

Le premier symptôme apparaissant aux environs de cinquante ans, la cataracte touche les :

   - 10% des patients entre cinquante et soixante-cinq ans 

   - 30% chez ceux entre soixante-cinq et soixante-quinze ans 

   - 50% pour les autres de soixante-quinze à quatre-vingt-cinq ans

   - et 70% à partir de quatre-vingt-cinq ans.

 

Mais une pléthore de facteurs vient s’ajouter à l’âge. Parmi eux l’hérédité. L’environnement joue aussi un rôle majeur sur l’affection des yeux. Les radiations solaires dues à une exposition de longue durée sans protection sous le soleil c’est-à-dire aux ultra-violets, et la pollution industrielle irritent également les yeux.

Sur le plan nutritionnel, la malnutrition et l’hypertriglycéridémie, le tabac et l’alcool favorisent de même la cataracte. Quant aux maladies, elles se divisent en deux catégories. On a les maladies générales d’un côté et les maladies oculaires d’un autre ainsi que les traumatismes oculaires. Les premières englobent le diabète, l’hypocalcémie, le déficit en magnésium, l’insuffisance rénale et un traitement corticoïde prolongé. Tandis que les secondes concernent le glaucome, la myopie et l’uvéite.

 

La chirurgie, traitement et opération de la cataracte

Evolution et historique de l’opération cataracte

Du 18e siècle à nos jours, d’innombrables innovations ont vu le jour. A cette époque, les chirurgiens pratiquaient l’ablation extra capsulaire. A partir d’une petite incision sur la cornée, ils retirèrent le noyau du cristallin et laissaient la capsule en place. Au 19e siècle, les patients sont anesthésiés par la cocaïne.

Durant le 20e siècle, les médecins ont eu tendance à travailler sur l’ablation intracapsulaire,  en retirant la totalité du cristallin et déposant un implant dans la capsule. Aujourd’hui, même les matériels ont connu une grande évolution au même titre que les techniques opératoires cataractes.

Le laser femtoseconde apporte plus de précision pour l’incision de la cornée, le fractionnement du noyau et la découpe de la capsule antérieure.

 

La phacoémulsification consiste à introduire une sonde à travers une incision de trois millimètres. Les ultrasons émis par une vibration à hauteur de 60 000 mouvements par minute pulvérisent le noyau du cristallin, et le sac capsulaire sera libéré après aspiration des fragments.

 

L’aqualase se veut être le dernier et le plus promettant de toutes les techniques. Il s’agit d’émulsionner de l’eau sur la cataracte, et de ce fait l’aqualase diminue et élimine les risques de  rupture de la capsule et de brûlure de la cornée.

 

Sans oublier la micro-incision biaxiale qui opère à deux incisions de 1,5mm ou celle coaxiale à une seule ouverture de 2,2mm.

 

 

Les étapes de l’opération cataracte

 

L’opération cataracte est une chirurgie ambulatoire sans hospitalisation, car elle ne dure que quelques heures ou vingt-quatre heures tout au plus.

 

En premier lieu, des examens préopératoires seront recommandés au patient tels des examens biologiques et l’électrocardiogramme. Une consultation par l’anesthésiste s’avère aussi obligatoire avant le grand jour.

 

L’opération proprement dite commence par l’anesthésie générale ou locale sous forme de collyre ou d’injection indolore au coin de l’œil.

 

Ensuite, le chirurgien passe à l’extraction de la cataracte et l’intervention se termine par la pose de l’implant.

 

Le choix de ce dernier suscite beaucoup d’attention. L’implant est constitué de silicone ou de fibres acryliques hydrophiles. Il en existe deux types dont les implants monofocaux permettant la vision de loin et non l’accommodation, ainsi que les implants à optiques multifocales favorisant aussi bien la vision de loin que de près.

 

 

Le post opératoire de l´opération cataracte

 

L’état du nerf optique et de la rétine définit l’acuité visuelle récupérée. Mais un astigmate (au-delà de +1,25 d) se trouve toujours assujetti à ses lunettes de correction.

 

Les risques associés à cette opération sont les infections et inflammations, le décollement de la rétine (chez les myopes), le déplacement de l’implant et l’œdème de la cornée.

 

 

 

 

Autour du même sujet :

 

Chirurgie réfractive

 

Hypermétropie

 

Remboursement lunettes

 

 

 

 

 



comparateur mutuelle novia-sante
Mutuelle assurance Novia

Droits de reproduction et de diffusion réservés © novia-sante.fr

assurance mutuelle santé