La Scarlatine chez l´enfant

Les enfants entre 5 à 15 ans vivant en collectivité présentent un risque accru d’attraper la scarlatine. Ce risque est plus important pendant la saison hivernale. Elle est rare dans les pays riches, mais très fréquente dans les pays sous-développés.

 

 

Quels sont les signes en faveur de la scarlatine ?

Les signes de la scarlatine n’apparaissent qu’après 2 à 5 jours après la contamination. Le début est marqué par l’augmentation de la température jusqu’à 40° associé à une difficulté à avaler les aliments ou même douleur dans la gorge. Quelquefois, on peut noter des nausées, des vomissements et des convulsions. À la phase d’état, on aperçoit les érythèmes scarlatiniformes c´est-à-dire des éruptions cutanées de couleur rouge vif sans intervalle de peau saine. Ils sont localisés puis généralisés à tout le corps s’intensifiant au niveau des grands plis (genoux, aines,..) avec une sensation de granité à la palpation. Ils évoluent vers une desquamation en larges lambeaux.

 

Cette coloration rouge peut aussi se voir sur les muqueuses. Au niveau de la langue, elle est très caractéristique avec un aspect épais surmonté d’une couche blanchâtre et devient rouge vif à la disparition de cette couche. Au niveau cervical, les ganglions lymphatiques sont augmentés de volume.

 

 

Comment faire le diagnostic de la scarlatine ?

Le diagnostic de scarlatine est posé après l’examen clinique du patient. Un examen de prélèvements au niveau de la gorge permet de déterminer le germe responsable, mais il n’est pas obligatoire. Toutefois, il faut éliminer les autres pathologies ayant les mêmes symptomatologies : infections cutanées dues aux staphylocoques, rougeole, rubéole, toxidermie.

 

 

Quelles sont les complications de la scarlatine ?

En absence de traitement adéquat, l’infection se propage au niveau des organes de voisinage et entraine une atteinte infectieuse des ganglions cervicaux, des oreilles et des cavités sinusiennes. Elle peut également se diffuser à tout l’organisme à l’origine d’une septicémie. À long terme, les complications sont représentées par le rhumatisme post streptococcique, l’atteinte rénale et cardiaque.

 

 

Quelle est la cause de la scarlatine ?

La scarlatine est due au streptocoque Beta-hémolytique. Les toxines secrétées sont responsables d’une dilatation des vaisseaux sanguins. La transmission se fait par voie aérienne par inhalation des gouttelettes contenant les germes émis par un sujet infecté à l’occasion d’une toux ou d’un éternuement.

 

 

Comment traiter la scarlatine ?

Les buts du traitement de la scarlatine sont d’arrêter l’infection et éviter les complications. Un traitement par une antibiotique pouvant agir sur les streptocoques est à instituer pendant une durée de 10 jours.  Les molécules à utiliser sont les Pénicillines V. En cas d’allergie, on peut utiliser les Macrolides. Pour la fièvre, on prescrit un antipyrétique. Les anti-inflammatoires sont à éviter. D’autres mesures hygiénodiététiques sont à conseiller : alimentation riche en fruits et légumes, gargarisme avec de l’eau salée et une humidification d’air dans la chambre.

 

Après un traitement bien conduit de deux jours, le patient ne présente plus des risques de contagion et peut reprendre ses activités journalières en collectivité. Quand l’infection est contrôlée, des mesures de surveillance de la fonction du cœur, de l’état des reins et des articulations s’imposent.

 

 

Quels sont les moyens de prévention contre la scarlatine ?

La prévention de la scarlatine se base sur des mesures d’hygiène, car il n’existe pas de vaccin pouvant protéger contre la maladie. Se laver fréquemment les mains, utiliser un mouchoir, éternuer dans le pli du coude est un des moyens qui peuvent aider à la prévention de nombreuses infections.

 

 

 

 

Autour du même sujet :

Angine contagieuse

Soigner une angine

Bronchite

Comparer mutuelle santé



comparateur mutuelle novia-sante
Mutuelle assurance Novia

Droits de reproduction et de diffusion réservés © novia-sante.fr

assurance mutuelle santé