Comment traiter une protrusion discale ?

Entre les vertèbres lombaires existe un disque intervertébral qui lui sert d’amortisseur. Ce dernier est composé d’une partie externe, dure,  et d’une partie interne, molle. La partie externe peut se dégrader, et la partie interne peut faire saillie dans le canal rachidien, appuyant sur le paquet nerveux que ce canal contient. Ceci explique tous les symptômes d’une protrusion discale.

 

 

Quels sont les signes évoquant une protrusion discale ?

Dans sa forme typique, la protrusion discale est caractérisée par une douleur névralgique. Cette douleur siège au niveau des lombes (bas du dos). Elle  irradie le long du membre inférieur selon le trajet du nerf comprimé. Elle est déclenchée par la toux, l’éternuement, le hoquet persistant, la position debout prolongée. La douleur se calme par la position allongée. La douleur peut être accompagnée de raideur de la colonne.

 

Dans la vie quotidienne, l’élévation du pied jusqu’à 90 ° provoque une douleur vive dans le dos. Le patient atteint d’une protrusion discale ne peut cependant pas rester allongé dans la même position pendant longtemps. Ceci peut provoquer un mal de dos intense. Dans la forme atypique de la protrusion discale, elle peut se manifester par des picotements, des fourmillements dans la partie dorsale du pied.

 

Une protrusion discale est confirmée par une tomodensitométrie.

 

 

Quels sont les traitements disponibles en cas de protrusion discale ?

Devant une protrusion discale, il faut recourir au traitement médical. Le rhumatologue peut prescrire des antalgiques, des anti-inflammatoires, des myorelaxants pour soulager la douleur. À la limite, il peut infiltrer du corticoïde dans le canal vertébral, ceci est aussi très efficace pour atténuer la douleur. Une kinésithérapie est aussi recommandée pour mieux supporter la douleur.

 

D’autres solutions ont été trouvées pour lutter contre la protrusion discale. Il s’agit de réduire la partie du disque intervertébral qui fait saillie dans le canal intervertébral. Ce processus est appelé nucléolyse.

 

La meilleure méthode pour cette nucléolyse est celle faite à partir de l’injection transcutanée de la chymopapaine.  Mais le laboratoire est à court de principes actifs. Actuellement, elle est remplacée par la chimionucléolyse à l’éthanol, mais l’efficacité n’est pas encore approuvée à 100 %.

 

Dans le cas d’un échec du traitement médical, une nucléolyse au laser peut être envisagée. Elle est effectuée sous anesthésie locale et demande une hospitalisation d’une journée. Le traitement chirurgical est très efficace, car elle abolit immédiatement la douleur d’une protrusion discale. Elle consiste à amputer la partie discale qui fait saillie dans le canal rachidien par voie percutanée. Elle se fait sous amplificateur de brillance. Cette méthode s’appelle : « une dissectomie percutanée ».

 

 

Existe-t-il des moyens préventifs contre la protrusion discale?

Pour prévenir une protrusion discale, il est conseillé d’éviter la position debout et assise prolongée. Il est recommandé d’alterner les mouvements et les positions. Il faut éviter de porter des charges trop lourdes au niveau du dos qui favoriserait la lordose lombaire.  Un matelas nommé Dorsoo a été inventé spécialement à cet effet. Celui-ci permet de garder droite la colonne vertébrale même en dormant. Il est fait de pistons hydrauliques permettant au matelas d’épouser parfaitement la morphologie du corps.

 

 

 

Autour du même sujet :

Discopathie

Douleur bas du dos

Discopathie dégénérative

Arthrodèse

 

 



comparateur mutuelle novia-sante
Mutuelle assurance Novia

Droits de reproduction et de diffusion réservés © novia-sante.fr

assurance mutuelle santé