La luxation de l’épaule, une affection traumatique

La classification dépend des différentes positions de la tête humérale quand elle se déboite lors d’une luxation de l’épaule. Si la tête humérale est tournée vers l’intérieur, on parle de luxation antéro-interne qui est le cas le plus fréquent. Si la tête humérale est tournée vers l’arrière, il s’agit de la luxation postérieure.

 

 

Quels sont les moyens de diagnostic de la luxation de l’épaule ?

La clinique permet déjà d’avoir une certitude du diagnostic de la luxation de l’épaule. Pour le confirmer, la radiographie est une aide précieuse pour mettre en évidence les déplacements de la tête humérale. D’autres lésions peuvent y être associées comme les fractures ou les lésions des ligaments. Devant un doute ou à partir d’un certain âge, c’est-à-dire à  40 ans, l’arthroscanner est un autre examen indiqué. Il permet de détecter d’autres affections comme les lésions tendineuses.

 

 

Quels sont les signes cliniques de la luxation de l’épaule ?

L’interrogatoire du malade et de son entourage renseigne déjà sur les circonstances de l’accident et oriente vers le diagnostic. Une douleur exquise avec une mobilité réduite du membre incriminé, voire un membre totalement impotent sont les caractéristiques d’une luxation de l’épaule.

 

 

Quelle conduite à tenir devant une luxation de l’épaule ?

Les antalgiques sont couramment utilisés pour soulager la douleur de la luxation de l’épaule. Les dérivés de l’acide acétylsalicylique doivent  pourtant être évités. Les antiinflammatoires non stéroïdiens  donnent aussi des satisfactions si on a déjà vérifié que ce n’est pas contre indiqué.
Lorsque le diagnostic est certain, la réduction sous anesthésie de faible intensité est préférable. L’articulation est ensuite immobilisée sous plâtre de préférence durant un délai qui dépend de l’âge s’étalant de 20 jours à 1mois.


Lorsque les résultats de ces traitements ne donnent pas les résultats attendus, la chirurgie est une autre alternative pour prendre en charge la luxation de l’épaule.

 

 

Quelles précautions particulières lors d’une luxation de l’épaule ?

Lorsque le délai d’immobilisation est expiré, une rééducation progressive en ayant recours à un kinésithérapeute est vivement conseillée. La reprise d’une activité comme le sport chez les sportifs chez les victimes d’une luxation de l’épaule est autorisée sous réserve de ménager au maximum’articulation malade pendant un délai respectable.

 

 

Quelles sont les complications d’une luxation de l’épaule ?

Si on mobilise trop rapidement le membre touché, , la récidive est le risque majeur. Il existe même des récidives fréquentes occasionnées par les gestes quotidiens anodins qui gâchent la vie et le confort du malade. Chez les sujets âgés, une immobilisation prolongée favorise la formation d’ankyloses. D’autres conséquences peuvent se rencontrer lors de l’échec de la correction chirurgicale d’une luxation de l’épaule, mais elles sont rares. Ce sont l’infection, les atteintes nerveuses, la mobilité réduite et l’arthrose.

 

 

 

Autour du même sujet :

Douleur lombaire

Discopathie

Protrusion discale

Arthrodèse



comparateur mutuelle novia-sante
Mutuelle assurance Novia

Droits de reproduction et de diffusion réservés © novia-sante.fr

assurance mutuelle santé