Le goitre - une affection de la glande thyroïde

Le goitre est une affection très fréquente, se manifestant par une augmentation diffuse de volume du corps thyroïde et apparaissant par un gonflement de la région antérieure du cou quelle qu’en soit la nature.   

Le goitre simple caractérisé par une augmentation isolée de volume de la glande, sans tumeur, sans inflammation, sans trouble de la sécrétion thyroïdienne, est la pathologie endocrinienne la plus répandue dans le monde

 

Quelles sont les causes et les facteurs favorisant le goitre ?

Toute situation réalisant une entrave au fonctionnement normal de la thyroïde peut entraîner une hypertrophie compensatrice de la glande. Le goitre simple correspondant à une augmentation isolée de volume de la glande thyroïde est le plus répandu surtout en région montagneuse. La prédisposition familiale est souvent retrouvée. Le nombre de personnes présentant le goitre simple augmente à partir de l’âge de la puberté avec une prépondérance féminine.

Les cancers, les inflammations de la glande thyroïde, les affections avec hyperthyroïdies ou hypothyroïdies peuvent aussi se présenter avec un goitre et peuvent compliquer un goitre simple.

L’insuffisance d’apport en iode est la première cause de goitre dans les zones où plusieurs personnes sont touchées. En effet, la glande s’adapte et grossit pour former le goitre. L’alimentation, certains médicaments et souvent certains facteurs génétiques sont à l’origine de cette insuffisance en iode dans l’organisme. Ainsi le chou, le navet, le manioc, le soja, le sorgho, les lentilles, les oignons et l’ail sont souvent incriminés. Parmi les médicaments il y a lieu de citer les médicaments antithyroïdiens de synthèse et ceux contenant du lithium.

 

Quels sont les symptômes du goitre ?

Cliniquement le goitre est isolé, de volume varié, ferme ou mou sans être dur. Chez la femme, il augmente parfois puis semble disparaitre pour réapparaitre selon la période de la vie génitale à partir de la puberté et selon la situation émotionnelle. Le stress est souvent présent chez la personne où on découvre un goitre.

Parfois le goitre s’accompagne de signes de compression comme la modification de la voix, la simple gêne ou la douleur lors de la déglutition ou les difficultés respiratoires. Pour éliminer les autres causes de goitre, le médecin recherche des ganglions et des signes d’hyperthyroïdie d’une maladie appelée maladie de Basedow.

 

Quel diagnostic du goitre ? 

Le diagnostic est surtout différentiel. Ainsi la radiographie permet de voir les calcifications ou l’extension vers le thorax signant une complication ou une éventuelle tumeur. Le kyste thyroïdien est éliminé grâce à l’échographie, et la scintigraphie identifie les nodules chaud ou froid.

 

Quel traitement du goitre ?

Dans les petits goitres, la surveillance périodique est de mise et l’abstention de médicament est indiquée. Si des troubles de la fabrication de l’hormone thyroïdienne sont retrouvés, l’utilisation des hormones thyroïdiennes comme freinateur arrive à faire diminuer le goitre. Mais quand le goitre est volumineux et que des signes de compression surviennent ou quand il ne répond pas au traitement médical, la chirurgie est nécessaire. La carence en iode doit être corrigée par un apport supplémentaire d’iode dans l’alimentation. L’iode dans le sel de cuisine, et le pain est indiqué pour prévenir l’apparition du goitre dans la population.

Le goitre est une affection bénigne qui peut parfois se compliquer.

 

 

Autour du même sujet :

Nodule thyroidien

Hypothyroidie

Colique nephretique symptomes

Traitement grippe



comparateur mutuelle novia-sante
Mutuelle assurance Novia

Droits de reproduction et de diffusion réservés © novia-sante.fr

assurance mutuelle santé