La glycémie avec un taux élevé de sucre est anonciateur d´un rique de diabète.

La glycémie

La glycémie ou le niveau de glucose dans le sang est un signe précurseur de diabète. Ce taux se mesure par millimoles ou par gramme de glucose par litre de sang. Sa régulation met en œuvre les deux hormones que sont l’insuline et le glucagon (hormone polypeptidique du pancréas qui fait monter le taux de sucre dans le sang).

 

Définition de la glycémie

 

 

D’où provient cette glycémie dans le sang ? Les aliments pris par un individu contiennent des glucides, des protides et des lipides. Ce sont les premiers qui seront assimilés en glucose pour être transportés par le sang vers les organes concernés et ayant besoin.

 

Ces glucides comprennent les sucres lents et les sucres rapides. Mais pour un taux normal de la glycémie, ce sont les sucres lents qui doivent être en quantité supérieure par rapport aux sucres rapides. Ils seront transformés en molécules de glucose, dans un intervalle de temps un peu plus long comparé à l’assimilation des sucres rapides, qui serviront d’indice au taux de la glycémie.

 

Les taux de la glycémie dans le sang

 

Avant 1990, le taux normal de la glycémie à jeun était de 1,4g/l. Puis le seuil normalisé est de 1,26g/l. Dépassant ce taux, le sujet risque une rétinopathie pouvant finir en cécité en cas de complications. Encore un changement en 2006 indiquant qu’une glycémie à jeun est dite normale si elle se trouve entre 0,74g/l et 1,06g/l. Et la moyenne était de 0,85g/l. Quant à la valeur postprandiale, elle peut s’étendre à 10mmol/l ou 1,8g/l.

 

Mais aux Etats-Unis, l’ACSM a indiqué de nouvelles valeurs avec beaucoup plus de précisions.

 

Pour une personne en bonne santé :

taux à jeun : 0,6g/l à 1,1g/l

taux postprandial (c’est-à-dire 2H après ingestion de 75g de glucose) : 1,4g/l.

 

Pour une personne sensible au glucose :

 taux à jeun : 1g/l à 1,24g/l

 taux postprandial : 1,4g/l à 1,9g/l.

 

Pour une personne diabétique :

 taux à jeun : 1,26g/l

 taux postprandial : 1,9g/l.

 

On peut mesurer le taux de glycémie par un glucomètre qui se vend par service libre et peu coûteux. Ceci est un appareil portatif à électrode jetable, et son utilisation est indolore.

 

Les symptômes de la glycémie

 

En général, il convient donc de dire que le taux de la glycémie est élevé quand il dépasse le seuil de 1,10g/l. On se réfère toujours au jeun, parce que la quantité et la qualité d’aliments ingérées, l’effort physique fourni et la prise de médicaments pourrait fausser la valeur. On dit que le patient est atteint d’une hyperglycémie.

 

Et à l’inverse, on dit qu’il souffre d’une hypoglycémie quand le taux révélé dans la même condition que la première situation est inférieur à 0,70g de glucose par litre de sang.

 

Comme l’hyperglycémie est souvent asymptomatique, les signes suivants sont révélateurs de l’hypoglycémie. La personne peut trembler et suer considérablement. Elle peut aussi avoir une faim insatiable et se plaindre d’une grosse fatigue. Elle pourrait également ressentir une perte d’équilibre qui peut entraîner un évanouissement.

 

Un taux faible de la glycémie peut se remédier par une absorption urgente de sucre rapide par un morceau de sucre ou un verre de soda.

 

Il arrive aussi que les urines contiennent du glucose quand les reins n’arrivent plus à absorber les surplus de sucre.

 

La glycémie et les autres phénomènes

  

Suite à un dysfonctionnement de la régulation de la glycémie, quand l’insuline devient insuffisante ou n’est plus correctement utilisée, le diabète survient et peut être insulinodépendant ou non insulinodépendant selon le cas.

 

Durant la grossesse, les hormones produites par le placenta empêchent la régulation de glycémie, d’où le diabète gestationnel à partir du sixième mois jusqu’à terme. Les symptômes de ce type de diabète sont la fatigue inusuelle et l’augmentation des urines. Bien que la maladie disparaisse après l’accouchement, les risques d’affection pour la mère et son enfant ne sont pas écartés pour autant. Donc un traitement s’impose. Dans ce cas précis, le bébé se trouve en état d’hypoglycémie à sa naissance, mais la régulation reprend après 3 jours au maximum.

 

L’alcool est hypoglycémiant par le simple fait qu’il empêche la production de glucose par le foie.

Le taux et la régulation de la glycémie dépendent donc de l’alimentation de tout un chacun. Trop de glucides (surtout de sucres rapides) et de lipides, moins de fruits et légumes peuvent entrainer le diabète. Trop de stress et d’activité physique le favorisent également.

 

 

 

Autour du même sujet :

 

Diabète

 

Atigmatisme

 

Hypertension artérielle

 

Topinambou

 

Comparateur mutuelle

 

 

 



comparateur mutuelle novia-sante
Mutuelle assurance Novia

Droits de reproduction et de diffusion réservés © novia-sante.fr

assurance mutuelle santé