Tout connaitre sur la douleur lombaire

Les étiologies de la douleur lombaire sont multiples et peuvent déclencher ces douleurs au niveau du mal de dos. La douleur lombaire ne dépend pas de l’âge comme on pourrait s´y attendre.

 

Elle peut affecter les enfants et les adolescents très sportifs, ou étudiants qui passent beaucoup de temps assis lors de leur parcours scolaire. Cette douleur affecte également les adultes et notamment les retraités.

 

La sédentarité constitue bien un des facteurs à risque pour déclarer une douleur lombaire. La sédentarité favorise la raideur de la colonne vertébrale.

 

L’obésité favorise l’hyperlorodose en augmentant la charge des rachis lombaires. Une mauvaise posture peut aussi lui provoquer une douleur lombaire à long terme.

 

De même, l’exemple d’une inégalité de longueur des membres inférieurs, peut entrainer une déformation de la stature de la colonne vertébrale.

 

Les personnes travaillant en portant de lourdes charges à longueur de la journée peuvent présenter une douleur lombaire pouvant même devenir chronique.

 

Ce sont tous ces facteurs à risques de la vie quotidienne qui déclanchent la douleur lombaire, mais cette douleur peut aussi survenir à la suite d’une pathologie bien précise.

 

 

Quelles peuvent- être les causes d’une douleur lombaire ?

Plusieurs diagnostics sont possibles. Une douleur lombaire peut survenir à la suite d’une pathologie des muscles (amyotrophie, rupture fibrillaire …) avoisinant le rachis lombaire.  Elle peut encore se déclancher suite à une pathologie discale ( protrusion, hernie discale…). Les troubles statiques sont aussi très fréquent lors d’une douleur lombaire (canal lombaire étroit, hyperlordose, spondylose, arthrose, entorse lombo- sacrée…).

 

Une douleur lombaire peut surgir à la suite d’un traumatisme (choc, mouvements forcés, fracture, une douleur lombaire résiduelle post opératoire ou après une ponction lombaire…). Une douleur lombaire peut être aussi causée par une arthrose vertébrale ou encore, un rhumatisme inflammatoire. Dans cette dernière pathologie, la douleur survient surtout la nuit. Il peut s’agir d’une tumeur vertébrale également comprimant les ligaments para vertébraux.

 

Elle peut être causée par une maladie des viscères abdominaux (rein, pancréas, colon…). Il s’agit dans ce cas de la douleur du viscère concerné, perçue au niveau du dos, mais qui n’a rien à avoir avec l’anatomie du dos.  La douleur lombaire n’échappe pas non plus au domaine de la psychologie. Elle peut être d’origine psychogène (simulation, hystérie...). Chez les enfants et les adolescents, un spondylolisthésis doit être éliminé. Cette pathologie correspond au non-alignement des vertèbres lors de la croissance.

 

 

Comment traiter une douleur lombaire ?

Devant une douleur lombaire, le traitement de fond est l’immobilisation du rachis lombaire par un lombostat. La prise, d’antalgique, d’anti-inflammatoire, de myorelaxant, est indiquée dans le traitement de cette douleur. On peut également appliquer des baumes chauffants ou une compresse thermique pour apaiser la douleur. L’infiltration de corticoïdes dans le canal épidural est une excellente méthode lors d’une crise aigüe. Ces traitements atténuent temporairement la douleur lombaire. Le vrai traitement repose sur l’étiologie exacte de la douleur.

 

 

Existe-t-il des attitudes préventives pour éviter la douleur lombaire ?

Pour les douleurs lombaires quotidiennes ne résidant pas sur de pathologie particulière. Une activité physique modérée et régulière est nécessaire pour entretenir les muscles dorsaux. Plusieurs exercices physiques permettent de donner à ces derniers, plus de tonicité et d’élasticité. Une douleur lombaire ne doit pas être prise à la légère. Elle peut être source d’un handicap surtout professionnel.

 

 

 

 

Autour du même sujet :

Discopathie dégénérative

Arthrose lombaire

Arthrodèse

Canal lombaire étroit

 



comparateur mutuelle novia-sante
Mutuelle assurance Novia

Droits de reproduction et de diffusion réservés © novia-sante.fr

assurance mutuelle santé