Discarthrose : quels sont les facteurs de risque ?

La discarthrose risque de se manifester en cas de manipulation d’un objet qui a un poids conséquent et qui est instable. Une bonne prise de l’objet est nécessaire. Un rôle de l’hérédité n’est pas à négliger. Une mauvaise condition physique, ainsi que l’absence de sport accélère le vieillissement articulaire et la survenue de l’arthrose.  Les personnes en surpoids et les obèses sont plus enclins à développer la pathologie. L’imprudent qui multiplie les fausses manœuvres et les mouvements anormaux répétitifs du dos durant une période assez conséquente est candidat à l’affection.
 La méconnaissance des vices de posture entretient l’affection.

 

 

Discarthrose : comment se manifeste-t-elle ?

L’arthrose dorsolombaire est une parfaite illustration de la discarthrose. Le degré d’invalidité n’est pas trop important, car l’articulation comporte des structures qui favorisent les compensations. L’atteinte du rachis lombaire est souvent supérieure à celle du rachis dorsal. Un vice de posture en est souvent la cause comme le dos plat, l’hyperlordose ou la scoliose. Une cause infectieuse peut aussi être retenue. Le dos est le siège de douleurs sévères associé à une douleur des nerfs sciatiques et cruraux. On observe aussi une raideur et une diminution fonctionnelle.

 

 

Discarthrose : comment confirmer le diagnostic ?

Un bon interrogatoire est indispensable. Un examen physique complet recherchera une atteinte du nerf sciatique en cas de douleur importante. Un examen radiologique permet d’avoir une vue d’ensemble du rachis vertébral.  Une IRM permet de visualiser une hernie discale et de préciser sa localisation. L’existence de la discarthrose peut être démontrée ainsi que les arthroses vertébrales.

 

 

Discarthrose ; quelles mesures prendre ?

La kinésithérapie qui utilise la rééducation joue un grand rôle dans le soulagement de la discarthrose. Pour lutter contre la douleur, la physiothérapie est proposée à cause de son rôle antalgique et décontracturant. Elle consiste à appliquer des compresses chaudes humides sur la région lombaire pendant 15 minutes. L’électrothérapie offre une solution à la douleur surtout si l’atteinte associe une composante nerveuse. Le massage est une excellente alternative. Il lutte contre la contracture musculaire qui est souvent la cause des lombalgies. La mobilisation du dos permet le rétablissement de la physiologie articulaire.
La méthode COX est la plus recommandée. Elle consiste à aider progressivement à retrouver la mobilité des lombes. Il s’agira d’effectuer une mobilisation de l’ensemble du rachis. Un étirement des muscles et des aponévroses aidera à vaincre la discarthrose.

 

 

Discarthrose : comment la prévenir ?

La prévention de la discarthrose repose sur une bonne hygiène de vie concernant les lombes. Les vices de posture seront détectés et corrigés. Les obèses doivent perdre du poids. La pratique d’un sport d’endurance comme le footing léger ou la natation est conseillée. Le port de charges trop lourdes sera évité. Faire soi-même son relâchement musculaire et effectuer une auto-mobilisation et un auto-étirement est excellent.

 

 

Autour du même sujet :

 

Sciatique lombaire

 

Arthrose cervicale

 

Discopathie lombaire

 

Spondylarthropathie

 

Algodystrophie

 

 



comparateur mutuelle novia-sante
Mutuelle assurance Novia

Droits de reproduction et de diffusion réservés © novia-sante.fr

assurance mutuelle santé