En France, la cruralgie est l’apanage des individus âgés de plus de 50 ans sans épargner pour autant les jeunes.

Les formes de la cruralgie et symptômes

Le diagnostic de la cruralgie est purement clinique. Les signes sont le plus souvent évidents et facilement détectés.

 

 

Quel est le symptôme de la cruralgie ?

Il est reconnu par la topographie de la douleur décrite par le patient. Le symptôme de la cruralgie commence par une douleur au niveau lombaire irradiant le long du membre inférieur. La douleur peut être mécanique ou inflammatoire. Des sensations de chaleurs ou de brulures peuvent surgir, et dans certain cas, il est difficile de courber le dos ou de se lever de sa chaise.

La cruralgie est accompagnée de signes neurologiques tels des paresthésies au niveau de la région douloureuse, une hypoesthésie superficielle et/ou profonde, une absence de reflexe et des déficits moteurs. Chez l’homme, elle peut être à l’origine d’une absence de sensation ou au contraire d’une exagération des organes génitaux externes.

 

 

Quel est le syndrome rachidien au niveau de la cruralgie ?

Il se caractérise dans la cruralgie, par des douleurs au niveau des vertèbres lombaires ou lombalgie.  Les personnes atteintes de cruralgie ont une habitude de courber le dos. Cette position est dite antalgique, elle attenue la douleur. Au fur et à mesure que la maladie évolue, les lombaires deviennent raides. En examinant le patient, le médecin effectue quelques séries d’épreuves pour retrouver le signe de Lasègue inversé ou signe de Leri positif, qui sont des symptômes typiques.

 

 

Quels sont les principes du traitement de la cruralgie ?

Le traitement de la cruralgie dépend de sa cause. L’étiologie qui se présente le plus fréquemment est l’hernie discale. C’est une luxation intervertébrale par rupture ligamentaire entrainant la sortie du noyau des disques vers l’extérieur. Le traitement médical est l’apanage des formes habituelles.

Le patient atteint de la cruralgie doit impérativement avoir un repos au lit, en plus des antalgiques et des anti-inflammatoires. Si ce n’est pas suffisant, le médecin  pourra faire prescrire des infiltrations épi ou intra durales de corticoïdes. Les traitements physiques sont prescrits dans la prévention des récidives : lombostat, rééducation rachidienne avec verrouillage lombaire, adaptation du travail à la maladie.

Le  traitement radical de la cruralgie est indiqué dans les formes trainantes ou récidivantes malgré un traitement médical rigoureux. L’existence de complications comme l’apparition d’une paralysie, est une indication formelle d’une intervention chirurgicale. A l’exception des complications, le choix des méthodes n’est pas codifiée.

 

La chirurgie au cours d’une cruralgie consiste à une exérèse de la hernie, un curetage discal, chimionucléolyse à la papaïne en l’absence d’allergie ou d’exclusion herniaire, ou une nucléotomie percutanée à visée decompressive.

 

 

Autour du même sujet :

Cruralgie

Ostéophytose

La hernie hiatale symptomes

algodystrophie du pied

Comparatif mutuelle santé : réalisez 35 % d´économies sur votre mutuelle avec 850 garanties comparées.



comparateur mutuelle novia-sante
Mutuelle assurance Novia

Droits de reproduction et de diffusion réservés © novia-sante.fr

assurance mutuelle santé