Une saisie de médicaments douteux provenant de chine

Selon une étude menée récemment, 8 personnes sur 10 dans le monde ont recours à la médecine traditionnelle pour se soigner. Une habitude qu’elles devront changer, surtout à la suite de la divulgation par des chercheurs australiens du résultat de leurs analyses sur des produits chinois.

 

La saisie des douannes chinoise de médicaments douteux

La douane australienne vient récemment de saisir des médicaments douteux, en provenance de la Chine. Ces produits ont par la suite fait l’objet de toute une batterie d’analyses dans un centre de recherche. Les experts australiens ont procédé, entre autres, par séquençage de l’ADN, dans le but découvrir la composition de ces substances médicinales traditionnelles.

Au vu des résultats, on peut effectivement dire qu’il y a de quoi s’inquiéter. Des traces de plantes toxiques ont été découvertes sur certains médicaments. Les chercheurs ont souligné que, mal dosées, ces plantes peuvent être vraiment dangereuses. Or, les étiquettes de ces produits ne portent aucune indication de concentration.

Sur d’autres produits, on a pu déceler des traces d’animaux faisant l’objet d’une restriction commerciale, comme l’ours noir asiatique et l´antilope saïga. Et là encore, un souci lié à des étiquettes trompeuses a été soulevé par les experts australiens. En effet, certains médicaments, dont l’emballage porte l’indication 100 % antilope saïga, contiennent en réalité une certaine quantité de chèvre et de mouton.

 

La médecine douce une science qui se doit etre prudente

Les adeptes de la médecine douce et des médicaments traditionnels sont alors appelés à réfléchir à deux fois, avant de les utiliser. De plus, la Sécurité sociale refuse catégoriquement de prendre en charge les traitements visant à réparer les dégâts causés par l’usage de produits non pharmaceutique. Les mutuelles constituent donc une meilleure alternative.

Prenons l’exemple de ceux qui utilisent des médicaments issus des cornes d´antilope saïga, pour mettre fin à leurs convulsions hyperthermiques. Ils seront désormais obligés de se procurer, entre autres, du Valium Roche. A titre indicatif, une boite de 6 ampoules de 2 ml de ce médicament coute 3,04 euros TTC. Pour un adulte, la fréquence de son utilisation est de l’ordre de 4 fois par jour. Suivant la durée de son traitement, un patient devra donc s’en procurer une certaine quantité. Or, la Sécurité sociale ne rembourse ce genre de médicament qu’à hauteur de 65 %. Il est alors indispensable d’adhérer une assurance complémentaire santé, de préférence avec un contrat mutuelle santé personnalisé, pour que les dépenses n’aient pas trop d’impacts sur l’ensemble du budget.

 

 Autour du même sujet :

Loi chatel résiliation

 

Choisir sa mutuelle

 

Mutuelle pas chere

 



Publié le : 08/05/2012

comparateur mutuelle novia-sante
Mutuelle assurance Novia

Droits de reproduction et de diffusion réservés © novia-sante.fr

assurance mutuelle santé