Les mutuelles devant le Parlement europeen

Une audition des représentants des mutuelles a eu lieu à Bruxelles le 20 juin dernier pour que les organismes mutualistes puissent aboutir à un statut unique européen. Les acteurs concernés sont donc passés dans l’hémicycle du Parlement européen devant Regina Bastos l´eurodéputée portugaise (PPE). C’est une étape indispensable pour aboutir à leurs fins. Au cours de cette audition, les représentants des mutuelles ont expliqué le rôle important du Parlement européen dans la reconnaissance de la spécificité des organismes mutualistes.

 

Le modèle entrepreneurial évoqué par le président du groupe Macif lors de l’audition

 Le 20 juin est une date importante dans l’histoire des mutuelles puisque c’est le jour où leur valeur démocratique et leur mode de gouvernance furent portés devant le Parlement européen. C’est au cours de cet événement que le président du groupe Macif également président du Gema, Gérard Andreck, a étalé son opinion sur le sujet. Pour toutes les mutuelles des Etats membres, il a clairement mentionné l’importance d’un modèle entrepreneurial basé sur un statut européen.

 

Certes, il reconnaît que ce ne sera pas un parcours facile quant à son avenir sur l’Europe. Toutefois, les organismes mutualistes sont tout de même les points forts pour créer des richesses économiques ainsi que des emplois notamment dans un contexte difficile. C’est d’ailleurs dans cette optique qu’il est primordial d’être « sur un terrain d’égalité avec les sociétés de capitaux qui disposent d’un statut européen » pour se développer.

 

Gérard Andreck n’a pas non plus manqué de souligner que les mutuelles devraient prendre la suite dans certains secteurs, un rôle à ne pas sous-estimer. Cela est valable dans le sens où les pays pourraient ne plus prendre leur part de responsabilité. Toujours selon ses propos, ce statut aidera aussi aux regroupements transfrontaliers, mais également à renforcer les positions d’une entité, s’il se base sur son groupe Macif.

 

 

Pour une situation plus pérenne

Les avis divergent par rapport à cette audition, car certains voient cela plus comme un acte qui favoriserait des échanges commerciaux. Pour eux, cela facilite des opérations avec des structures sans que cela ne devienne ni coopératives ni filiales. D’autres en revanche voient cela comme un acte réglementaire pour une situation pérenne et bien évidemment démocratique.

 

Le président d’un groupe de travail à l’AIM ou Association internationale de la mutualité campe sur la deuxième position en évoquant la situation du marché actuel. Celui-ci peut se diviser en deux sans statut commun avec d’une part ceux qui auraient la liberté d’établissement avec les outils européens. D’une autre part, il y aurait ceux qui ne pourraient pas en bénéficier.

 

 

Des résultats sur du long terme

Au cours de cette audition, trois experts ont été appelés à partager leur vécu pour confirmer l’intérêt du modèle mutualiste. Parmi eux, il y avait le secrétaire général de l’Amice ou Association des assureurs mutuels et coopératifs en Europe Gregor Pozniak. Selon lui, pour obtenir des résultats satisfaisants, rien ne se fait par magie tout en s’attendant à ce qu’ils soient sur du long terme. Quoi qu’il en soit, il a tout de même évoqué l’intérêt du statut européen en relatant les appréhensions de quelques Etats sur leur identité au « détriment » d’une harmonie européenne.

 

 

Autour du même sujet :

Mutuelle dentaire

Mutuelle comparatif

Choisir une mutuelle

Mutuelle optique



Publié le : 27/06/2012

comparateur mutuelle novia-sante
Mutuelle assurance Novia

Droits de reproduction et de diffusion réservés © novia-sante.fr

assurance mutuelle santé