La Sécurité sociale va connaître des déséquilibres explosifs en 2009 et 2010

Les nouvelles prévisions en terme de croissance économique pour 2009, annoncées le 4 mars dernier par le gouvernement, ne sont guère encouragentes pour les contribuables et les assurés sociaux.

La nouvelle prévision du projet de loi de finances rectificative, adoptée par le Conseil des ministres le 4 mars, intègre un recul de 1,5 % du PIB cette année, un chiffre émanant de Bercy qui fait figure de prévisions optimistes notamment face aux chiffres du FMI qui table sur un recul de 1,9%. 

Le déficit public sera cette année de 5,6 % du PIB au lieu des 4,4 % prévus et la dette publique s'établirait à 73,9 % du PIB à la fin 2009 et même 77,5 % fin 2010. Cette récession et l'explosion du chômage (les destructions d'emploi dans le secteur marchand atteindraient 350 000 à 400 000 cette année) vont accroître les déficits des organismes sociaux et notamment le déficit de la sécurité sociale. Le déficit de l'Etat avoisinera cette année les 104 milliards d'euros, selon les prévisions de Bercy, soit le double de ce qui était initialement prévu en septembre dernier, celui des administrations de sécurité sociale serait compris entre 15 et 20 milliards, avec un trou du régime général attendu entre 17 et 18 milliards.

Cette lente agonie des comptes de la sécu s'explique par un manque à gagner considérable du côté des recettes émanant de la masse salariale et des revenus financiers. Les décisions prises par Mme Bachelot avec les taxes sur la mutuelle, les franchises médicales, seront engoufrées par le tsumani économique qui plonge le pays dans la récession. 



Publié le : 14/04/2009

comparateur mutuelle novia-sante
Mutuelle assurance Novia

Droits de reproduction et de diffusion réservés © novia-sante.fr

assurance mutuelle santé